Lundi - Vendredi de 10:00h-17:00h
 l’Âme du Termeh

l’Âme du Termeh

“ Nous sommes de l’étoffe

dont les rêves sont faits

et notre petite vie

est entourée de sommeil”

Shakespeare . La Tempete. IV. I

L’aventure “ Au fil de la Soie”

L’aventure “ Au fil de la Soie” commence ici à Paris, dans la mémoire de ces éternels dépaysés de là-bas que sont ceux et celles qui sont venus un jour poser ici leurs bagages: qu’elles soient châles, tentures, robes ou nappes, ils aiment les étoffes qui racontent leur pays et ne demandent qu’à raconter la valeur symbolique et émotionnelle qu’elles expriment à leurs yeux.

“Au fil de la Soie, L’étoffe des rêves” cette route de la mémoire vivante du textile moyen-oriental, deviendra voyage à part entière et remontera sur place avec les artisans tisserands, couturiers, dessinateurs, brodeuses, stylistes, décorateurs et autres acteurs de là-bas, la voie légendaire qui serpente de l’Azerbaidjan au Sultanat D’Oman en passant par Yazd, Mashhad, Ispahan, Kerman, Iranshahr, Teheran et à travers les principaux autres sites des anciennes cités perses ….

UN DEPAYSEMENT DES SENS

Le travail du textile suppose en Iran des traditions pluri-séculaires, transmises, reproduites et parfois réinventées de génération en génération.

En dévoilant le secret de fabrication de quelques-unes de ces productions artisanales et artistiques où s’expriment à la fois l‘originalité d’un savoir-faire et une inspiration sans bornes,

De soie, de laine, de cashmere ou de coton, tissés, tamponnés, cousus, brodés voire rebrodés, du fameux Termeh iranien en passant par les sûzandûzi du Baloutchistan iranien brodés au point de couture comme des œuvres d’art, ces brocards, ces velours et ces calicots d’hier et d’aujourd’hui que sont les kalhamkari de Kashan et d’Ispahan ou encore les patehs de Kerman, tentures, panneaux, châles et tissus content une histoire en marche …

Le sûzandûsi que les petites filles baloutches apprennent à broder des l’âge de sept ans est pratiquement le seul luxe de ces peuples nomades, mais les couleurs et les motifs tant floraux que géométriques qui en ornent les robes de laine et de coton des femmes et des hommes sont parmi les plus extraordinaires du monde.

Le Kalhamkar était à l’origine une toile de coton, calicot ou percale peinte à la plume et bien sûr à la main. Son origine est probablement indienne, mais quelques ateliers continuent aujourd’hui à en fabriquer dans la Région d’Ispahan. Les motifs souvent floraux sont reproduits à l’aide de tampons en bois. Les kalamkars modernes, comme on nomme aussi ces cotonnades sont désormais souvent industriels.

Termeh
Termeh

Le Termeh, lui, est tissé avec des matériaux précieux, cashmere, ou soie,souvent rebrodés, parfois même de fils d’or et de pierres qui donnent à certaines pièces la dimension d’objets de décoration d’apparat. Chemin de table, jeté de canapé voire châle tissé, il préside aux grandes cérémonies de la vie, naissance, mariage, Nuit de Yalda, Nouvel An, enterrement. A la croisée des déserts du Centre de l’Iran, la ville de Yazd, en est le berceau mais aussi la terre d’élection: c’est en effet là qu’on trouve les plus riches motifs de boteh , cet emblème en forme de petite gousse de la miraculeuse source de vie qu’est pour tous les iraniens, le cyprès.

Sa rareté et la spendeur de certaines pièces font que le Termeh, est d’emblée apparu comme le point de départ de cette aventure au long cours qui ménera le spectateur sur les routes d’un patrimoine bien vivant où s’exprime sur le mode le plus intime qui soit l’âme de peuples méconnus autant qu’il les reflète. Objet- souvenir par excellence, il se raconte en effet autant qu’il raconte le rapport au Pays originel. Il enveloppe autant qu’il recouvre, il orne, il protège, il symbolise, il drape, il cache, il évoque, il réchauffe et orne autant les tables de mariage ou d’enterrement qu’il peut à l’occasion servir de fourre-tout voire de coffret ambulant.

termeh
termeh

Mais il raconte surtout à sa manière tactile le dépaysement de ceux qui ont un beau jour quitté le pays natal et en restent à jamais dé-pansés. Le Termeh ne reflèterait-il pas, au même titre que d’autres précieux tissus d’Orient un peu de cet ailleurs-autrefois où se murmure à mi voix la légende de chacune et de chacun?

(à suivre)
Anne Doeux
19 Avril 2021

Marjan Saboori

https://www.orient-heritage.fr

C'est dans le monde d’aujourd'hui qu'Orient Héritage souhaite s'engager à travers ses programmes, en s'efforçant de rassembler les hommes et les femmes de bonne volonté, et singulièrement la Femme, par des initiatives solidaires qui répondent réellement aux espérances et aux besoins des sociétés. Pour y parvenir, Orient Héritage noue des contacts efficaces avec les milieux politiques, les secteurs économiques publics et privés, les ONG et travaille aussi en synergie avec les associations poursuivant des activités similaires ou complémentaires.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *