Lundi - Vendredi de 10:00h-17:00h
 Les Civilisations-mères et leurs énigmes

Les Civilisations-mères et leurs énigmes

La curiosité culturelle d‘ORIENT HERITAGE nous permet en ce mois de janvier 2022 de rencontrer un grand voyageur que la pandémie accule depuis bientôt deux ans non plus à arpenter le monde mais à tenter de comprendre de l’intérieur les grandes civilisations qui l’ont en ses débuts personnellement structuré. Celles-ci tissent sur l’ensemble de la planète un réseau fascinant et Sylvain Vassant qui les nomme “civilisations mères” évoque dans son petit ouvrage éponyme l’énigme de leurs points de convergeance.

Un grand voyageur

Sylvain Vassant découvre très jeune l’histoire et la civilisation orientales puisqu’il est élevé chez les Pères Jésuites qui lui donneront à l’adolescence le désir de mettre ses pas dans les leurs: il part très tôt en Chine à la fois faire ses études supérieures et apprendre la langue qu’il maitrise vite suffisamment pour découvrir la formidable polysémie des idéogrammes.

 Jiroft située dans la province de Kerman en Iran

 

D’un continent l’autre

Cette maitrise de la langue chinoise facilite son choix d’épouser une fois adulte les carrières du tourisme où il ne tarde pas à devenir chef de produit pour un célèbre organisateur de voyages français. Son tempérament ouvert lui vaut de se lier avec nombre de conférenciers qui lui permettent à la fois de proposer à ses clients des voyages éminemment “pointus” vers l’Orient et d’acquérir une connaissances historico-archéologique encyclopédique des cinq continents qu’il n’a de cesse de partager ensuite.

 

Les grandes civilisations

Les archéologues ont demontré depuis plus d’un siècle que les civilisations-mères dont sont issues toutes les autres constituent le berceau de l’humanité et qu’elles sont au nombre de six:  Rome, Athènes, L’Egypte, la Chine, la Mésopotamie et le Mexique/Pérou.

L’Histoire de ces cultures est également liée à celle des fleuves souvent redoutables qui baignent leurs paysages: Tibre, Euphrate, Nil, Fleuve Jaune, Indus pour ne citer qu’eux, les communautés scientifiques s’accordent également à dire que l’on mesure le degré de développement d’une civilisation en interrogeant la forme de son gouvernement, son organisation en classes sociales, son administration, ses productions agricoles, le développement de ses villes et l’ensemble de sa spiritualité, du fait religieux à sa dimension artistique.

 

Le sentier des énigmes

Sylvain Vassant n’est pas un découvreur, c’est un homme qui regarde et déduit de ce qu’il voit ce qu’il a pu être. C’est ainsi lui qui remarque le premier que les civilisations mères ont toutes en commun d’avoir eu au départ maille à partir avec un fleuve ou une riviere. Les évènements climatiques ont formé les paysages, mais aussi les liens de solidarité entre les hommes. Les inondations ont partout détruit le bâti, mais en se retirant les eaux ont laissé un riche sol limoneux (le loess) qui a partout servi la cause d’une agriculture prospère qui a vu les hommes s’unir pour protéger leurs cités.

A la fois posséder l’eau et pouvoir la maitriser est une clef pour comprendre la civilisation du fleuve jaune qui ressemble à un dragon tant par sa forme que par ses crues imprévisibles. Autrement dit cette Chine qui va craindre autant que rechercher à domestiquer les crues brutales du Yang Tsé Tiang pour construire son propre empire.

La stylisation de l’eau en un système de vagues doucement ondulées se retrouve aussi bien dans l’écriture chinoise que dans celle des mexicains, mais aussi des mésopotamiens. Pour vaincre l’eau, il faut construire  des digues, des forteresses…En même temps les riches limons qu’elle dépose tout le long du fleuve, comme en Egypte, dans l’ancienne Mésopotamie favorisent les productions agricoles mais également la taille des villes. Les habitants se concertent et s’unissent pour bâtir des cités solides, souvent en pierre et où ils mettent en commun leur intelligence pratique. Le principe de solidarité est inhérent à celui de cité.

Le relief est donc un accélérateur de l’histoire, mais également un facilitateur de cohésion sociale: en se regroupant, les hommes ont plus de chances de trouver la solution  aux problèmes et aux conflits que leur cause la structure du territoire.

Intelligence partagée

 C’est lorsqu’il entend parler au début des années 2010 du site de Jiroft que Sylvain Vassant découvre après nombre d’autres archéologues que la première cité du monde n’était peut être pas en Mésopotamie, du côté de Suze, mais au Sud de l’Iran, dans la région de Kerman, près du fleuve Halil Roul, tout près de la petite ville de Jiroft, ,.

Vue des excavations à Jiroft au Sud de l’Iran province de Kerman

Le grand âge de ce site découvert fortuitement par une bande de pilleurs de tombes fait reculer l’origine de humanité connue à moins 3 000 av J.C! La quantité de pièces finement ouvragées et rehaussées de pierreries trouvées dans les nécropoles alentour révèle  le talent et la finesse d’une civilisation qui savait travailler aussi bien le métal et la chlorite que les pierres précieuses et rendait à ses Dieux un service cultuel hautement développé tout en ayant été capable elle aussi d’inventer son écriture.

Curieusement, les paniers, les bracelets, certaines poteries découvertes dans les tombes racontent aux confins des routes qui partent d’un côté vers l’Indus de l’autre vers l’Euphrate, une économie avancée fondée sur l’élevage et le commerce et qui peu à peu cèdera à une urbanisation dont cinq millénaires de crue ont fini par triompher..

(Site de Jiroft)
Site de Jiroft en Iran

Et pendant ce temps-là dans le reste du monde…

 Sylvain Vassant ne consacre pas l’intégralité de son ouvrage aux mystères de Jiroft mais à l’énigme que posent des civilisations aussi distantes que celle des Olmèques du Mexique au Pérou, ou encore celle de Caral, placé à proximité du Rio Supe.

Paradoxalement, lorsqu’il s’intéresse à l’Indus ou à la Chine c’est pour mettre en valeur les similitudes que le manque d’eau peut avoir avec ses excès.

Si toutes ont disparu, leurs artefacts renseignent à travers un bestiaire symbolique d’une grande richesse où des jaguars aux boeufs en passant par les scorpions, les aigles ou les palmiers s’exprime non seulement une économie mais un type d’organisation sociale élaborée où les règles du droit et de la propriété sont remarquablement abouties.

Vase trouvé à Jiroft le foyer de la civilisation située en province de Kerman

Conclusion

Si l’ouvrage de Sylvain Vassant reste une invitation au voyage dans le passé,  en ces temps immobiles, on ne peut que s’y référer pour désirer avec lui en savoir plus sur les curieuses ressemblances originelles qui ont accompagné sur les cinq continents l’émergence des civilisations-mères.

 

 

Germaine Le Haut Pas

20 Décembre 2021

 

5/5 - (22 voix)
Partagez Cet Article:

Marjan Saboori

https://www.orient-heritage.fr

C'est dans le monde d’aujourd'hui qu'Orient Héritage souhaite s'engager à travers ses programmes, en s'efforçant de rassembler les hommes et les femmes de bonne volonté, et singulièrement la Femme, par des initiatives solidaires qui répondent réellement aux espérances et aux besoins des sociétés. Pour y parvenir, Orient Héritage noue des contacts efficaces avec les milieux politiques, les secteurs économiques publics et privés, les ONG et travaille aussi en synergie avec les associations poursuivant des activités similaires ou complémentaires.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.